Devenir entrepreneur : l'élément déclencheur

Pourquoi avoir fait ce choix de devenir free-lance ? Non, ça ne se résume pas à la liberté de prendre des vacances quand je le souhaite.
J’ai été dégoutée du salariat lors de ma dernière expérience en tant que salariée.
Je ne me reconnaissais pas, je n’adhérais pas à certaines valeurs. J’avais beau faire le métier que j’aimais, je n’étais pas heureuse et j’allais le matin au travail avec une certaine appréhension. 

Un mode vie pas adaptée à un métier de créatif

✔ Je trouvais complètement débile à 16h de devoir éteindre mon ordinateur en plein milieu de la rédaction d’une publication à destination des réseaux sociaux. Je comprenais encore moins l’intérêt de recommencer une tâche à 15h50. Bah oui, l’heure c’est l’heure. Avant l’heure ce n’est pas l’heure, après l’heure c’est plus l’heure.  Et pourtant, je n’ai pas encore trouvé la télécommande pour commander la créativité de 8h à 16h.
✔ Le concept d’attendre devant son ordinateur l’heure fatidique quand on n’a pas de travail et de continuer à faire 7h par jour quand c’est le rush n’est pas fait pour moi. Autant travailler quand le travail est là, et vaquer à d’autres occupations quand c’est plus calme. Je trouve cela plus logique en tout cas… 

element déclencheur

La présence d'un supérieur

 En tant que salariée, c’était toujours ma supérieure qui décidait des missions que j’allais effectuer. Inutile de préciser qu’aucune communication n’était possible dans la répartition des tâches et elle choisissait donc les missions qu’elle affectionnait tout particulièrement. Il ne me restait plus que les trucs qu’elle ne voulait pas faire parce que c’était pénible, long, chronophage ou autre…  Bref, le rêve quoi !
Mais tout a changé depuis que je suis entrepreneur. Étant toute seule, je fais toutes les missions : celles que j’adooooore et aussi celles que j’aime un peu moins mais heureusement elles ne sont pas nombreuses. 
✔ Ma supérieur s’attribuait tous les mérites et me faisait porter le chapeau dès qu’une bourde était faite. Je n’arrivais plus à supporter ça. Depuis que je suis entrepreneur, je n’ai plus de filet, je ne peux me cacher derrière personne. Et ça me convient parfaitement ! Quoi de mieux que de voir le sourire du client lorsqu’on lui montre le résultat final ?! C’est à ce moment là que je comprends que ma mission a été atteinte. 

Organisation

De nouvelles envies

✔J’avais vraiment envie d’être mon propre chef. J’en avais marre d’être dictée par des personnes au dessus qui ne connaissaient rien à mon travail et qui ne comprenaient pas que communication et graphisme riment avec modernité, être au goût du jour, continuer de se former en permanence… Je me souviens avoir essayé d’expliquer pourquoi c’était important de lire des articles, de suivre un peu les nouveautés, tenter de nouvelles choses ne serait-ce que 2h par semaine. On m’a rit au nez en me disant que je n’avais qu’à faire ça à mon domicile. 

Mon organisation

✔  Je savais également qu’en devenant entrepreneur, j’allais enfin pouvoir m’organiser comme MOI je le souhaite ! Et oui, parce que je n’avais pas du tout la même vision qu’elle du travail, je n’avais pas les mêmes passions ni les mêmes valeurs. La cohabitation dans un bureau de 5m2 devenait donc très compliquée. J’avais beau prendre mes congés en décalé avec elle, il restait malgré tout encore de nombreux jours face à face, seule, avec elle. Étant donné qu’elle était la supérieur, il fallait qu’on suive son organisation, son agenda, ses humeurs et ses envies. Mais ce n’était pas vraiment la reine de l’organisation si tu vois ce que je veux dire et on se retrouvait toujours à faire les missions au dernier moment, dans un rush total, ce que je déteste plus que tout. 

Mon évolution

✔ Quand on est salarié, on est obligé de rentrer dans une case, on nous colle forcément une étiquette avec un nom de métier. Et quand on est un vrai petit couteau suisse, comme moi, c’est difficile de rentrer dans une seule et unique case. L’avantage avec le statut d’entrepreneur c’est que je me crée mon propre métier. En plus, il peut évoluer au grès de mes envies. Rien ne m’empêche de me former sur des nouveaux domaines, d’acquérir de nouvelles compétences et donc de proposer de nouveaux services.
✔ Je peux enfin sélectionner avec qui je travaille. Comme tu l’auras compris, j’avais énormément de mal à côtoyer ma responsable. Mais malheureusement, on ne peut l’envoyer se faire cuire un oeuf… Quand on est à son compte, si le travail avec un client devient très compliqué, il est toujours possible d’arrêter le contrat. Et aujourd’hui, je suis fière de dire que j’adore travailler avec tous mes clients. Oui tous mes clients !

Des rencontres

✔ J’avais vraiment envie d’apporter ma valeur ajoutée, ma p’tite touche et d’aider des personnes qui en ont vraiment besoin. Depuis que je suis entrepreneur, j’ai rencontré que des chouettes personnes avec qui je partage de nombreuses valeurs et en qui je me reconnais. C’est quand même plus motivant pour travailler ?!

Et toi, quel a été l’élément déclencheur pour devenir entrepreneur ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *