Échec ?

Il y a un an tout pile, je vivais mon premier échec dans mon business. Mais pour que tu comprennes mieux, j’ai besoin de te raconter le début de l’histoire. Peut-être que tu connais déjà des morceaux de l’histoire parce que j’en ai déjà parlé sur Instagram …

1. Un début très prometteur...

Un client, mon premier client, m’avait signé un très gros devis. J’étais juste ravie et fière de pouvoir signer un aussi beau devis, surtout pour le premier. Le projet était juste dingue. Il me plaisait à 3 000%. Je devais tout faire, j’avais carte blanche, il validait toutes mes idées, les trouvant toutes géniales. Forcément, c’est super valorisant et flatteur lorsqu’on se lance juste.

2. Le calme avant la tempête !

Mais ce client occupait tout mon temps. Je faisais des semaines de dingue pour réaliser tous les supports dans les plus brefs délais. Cerise sur le gâteau, il m’amenait d’autres contrats. Je n’avais donc pas besoin d’aller prospecter. Et c’était pas plus mal, car je n’avais clairement pas le temps pour aller chercher d’autres clients. Pour moi, c’était d’autant plus flatteur, il aimait tellement mon travail, qu’il en parlait partout autour de lui et en un rien de temps, il me décrochait des contrats. Bref, c’était le rêve.

3. Les premières galères

Je n’arrivais pas à me faire payer. Il a abusé du fait que j’étais naïve et que je lui faisais confiance. Il me promettait toujours de me payer le mois suivant. Le travail me plaisant énormément, il m’apportait de nombreux clients, il avait effectué les premiers versements, j’avais un contrat et tous les devis de signés. À aucun moment, je me suis dit qu’il n’allait jamais payer alors je continuais le travail. Mais à un moment j’ai dû dire stop. Il était nécessaire de mettre les points sur les i. Je lui ai donc dit que tant que je n’étais pas payée, je ne pouvais plus me permettre de travailler pour lui, qu’il fallait que j’aille chercher des nouveaux contrats. Ce à quoi, il m’a simplement répondu : « Ok, je comprends ». Autant te dire que sa réponse m’a décontenancée.

Mail

4. Une énorme remise en question

Du jour au lendemain, je me suis retrouvée d’un planning plein sur un an à vide. Cela fait très bizarre. Et c’est surtout très compliqué à encaisser. Je l’ai clairement vécu comme un échec. Surtout que j’ai très vite compris qu’il ne me payerait jamais et que la guerre était déclarée.
Pendant plus d’une semaine, je m’en suis voulue d’avoir été aussi naïve, d’avoir fait autant confiance. J’étais au plus bas. J’ai tout remis en question.
➖ Suis-je faite pour être free-lance ?
➖ Suis-je légitime en tant que graphiste ?
➖ Dois-je refaire confiance ou me méfier de tout le monde ?
➖ …

Puis j’ai réfléchis. J’ai essayé de prendre du recul.
Je me suis posée la question : pourquoi le projet a été interrompu en cours de route ? Simplement parce que le client ne me payait pas. Ce n’était pas mes compétences qui étaient remises en question.
D’ailleurs il était content de mon travail puisqu’il me recommandait auprès de d’autres personnes.
Il fallait simplement que je remette en cause mes dispositions de paiement mais surement pas mon travail.

Maintenant, je ne le vois pas comme un échec mais simplement une erreur de débutant, qui m’a permis d’apprendre et de me faire grandir. Je pense qu’on en fait tous des erreurs. J’espère simplement, ne pas refaire la même erreur une deuxième fois.

Et toi, as-tu une mauvaise expérience avec un client ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

2 réponses

  1. Bonjour,

    Merci pour ce témoignage que je trouve très inspirant car il m’est arrivé aussi à mes débuts d’être trop gentille avec certains clients et d’accepter des petits paiements pour un travail qui en demandait beaucoup plus. Je me laissais facilement décontenancé car je n’avais pas conscience de mes valeurs et beaucoup moins confiance en moi.

    Depuis, comme vous, je me suis remise en question et me suis aperçue que le souci venait des clients qui ne respectent pas notre travail et non de nous. Il faut donc fuir ce genre de personnes.

    1. Je me sens moins seule à me dire que le problème ne vient pas de nous mais bien des clients. Et je partage complètement votre point de vue : ils sont à fuir ! Merci beaucoup pour votre partage 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *