5 astuces pour faire un retour
à un graphiste dans les règles de l'art

Tu collabores avec un graphiste et tu as des ​retours​ à lui faire ? Problème : tu ne veux pas le vexer ni entacher une collaboration prometteuse.​ Comment faire un retour graphiste efficacement et simplement ? C’est ce que je te propose de découvrir dans cet article. 5 leviers cruciaux pour demander à ton ​graphiste de retravailler ton projet​ (logo, plaquette, charte graphique) sans risquer une affaire d’État.

Comment faire un retour à un graphiste pour gagner en efficacité

Tu connais ça toi aussi ?

Tu as choisi ce (cette) super graphiste pour ​créer ton logo et ta charte graphique​, tu es ravi de cette collaboration. Tu as échangé avec lui sur tes besoins, tes attentes, ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas. Maintenant, la balle est dans le camp du graphiste : il va te faire une première ​proposition visuelle​.

Problème.

Tu n’es pas certain du résultat, tu doutes. Tu aimes bien mais tu n’es pas satisfait à 100%, le coup coeur n’est pas présent et donc tu aimerais faire des remarques à ton graphiste pour obtenir une V2 qui répond plus à tes attentes.

Pas de panique !

C’est fréquent. Même avec la meilleure graphiste du Monde, certains ​ajustements​ sont nécessaires. Afin d’éviter de nombreux aller-retour, il est primordial de savoir ​comment faire un retour à un graphiste​ simplement. Voici 5 points essentiels pour réaliser un​ feedback à un graphiste​. Je t’indique aussi ici comment procéder avec moi pour un retour réussi.

retour-graphiste-astuces-Citron'elle

1. Franchise et honnêteté

Sois honnête. Exprime-toi ! Le graphiste n’est pas dans ta tête, et même si la phase de découverte a été bien menée, il y a très souvent des ajustements.

Personnellement, j’insiste vraiment auprès de mes clients​ ​sur ce point lors du premier appel​. Pour moi, il est ​inconcevable​ que tu n’oses pas me dire que tu n’aimes pas tel ou tel élément. Et pire encore… Que tu repartes avec une réalisation qui ne te plaît pas, ou qui ne te correspond pas parfaitement.

> Peur de vexer sur un retour graphiste

Certains clients m’ont déjà dit « je viens te voir parce que j’ai réalisé un ​logo auprès d’un autre graphiste​ mais je ne l’aime pas, je n’arrive pas à me projeter avec, il ne me convient pas alors je n’ose pas ​utiliser le logo​ pour mon business. Je n’ai jamais​ osé le dire au graphiste​ de peur de l’embêter en devant réaliser de ​nombreuses modifications​.»

Quand j’entends ce genre de phrase, ça me rend dingue.

Te rends-tu compte ? Tu as payé pour cette​ prestation graphique​. Que cela me prenne 10h ou 40h, ce n’est pas ton problème. Pour toi, seul le résultat final et la satisfaction comptent. Voilà pourquoi mon seul objectif est que tu sois ​satisfait du travail​.

Si ce n’est pas le cas, ma mission n’est pas accomplie.

> Remarques constructives

N’hésites donc pas à être honnête, franc. Ne crains pas de vexer ou de gêner ton prestataire​. Et mieux encore, tes remarques sont précieuses. Elles vont aider le graphiste à :

  • comprendre davantage tes goûts (préférences ​typographiques​, couleurs pastelles ou vives etc… avec plus de précisions que lors du brief initial

  • ajuster sa proposition

Un peu comme lorsque tu fais appel à un architecte pour concevoir ta maison. Tu lui communiques tes souhaits, il te fait un premier jet de proposition, et toi tu ajustes. C’est le moment de lui dire que tu préfères une pièce de vie plus grande et que tu es prêt à rogner sur l’espace bureau du rez-de -chaussée.

Tu vois ?
Fais tes ​remarques​ (constructives), dis les choses. Le graphiste est en mesure de recevoir tes ​critiques​, plus tu seras honnête, mieux il avancera.

 

2. Communication efficace

Finalement, ce qui te gêne, c’est que tu ne sais pas forcément ​comment transmettre ton message​. En somme, tu ne sais pas forcément quel mot utiliser pour que le graphiste comprenne bien ton envie, besoin, demande.

Le secret ? C’est simple.

Utilises tes mots. Ce n’est pas grave si tu ne connais pas les termes techniques. De mon côté,  je préfère que tu emploies tes propres mots plutôt que d’essayer de parler avec des termes techniques qui peuvent être mal employés. Ce qui implique que je risque d’opérer une mauvaise retouche

Si ce n’est pas clair pour moi, je vais te poser d’autres questions pour que je puisse comprendre. Mieux encore, je reformule toujours ta demande pour être certaine d’avoir bien compris. 

En conclusion, exprime-toi avec tes mots. Ne te fais pas de noeuds au cerveau, parle avec ton vocabulaire, je traduirai. 

3. Interrogations en suspens ? À bannir !

Laisse-moi deviner…

Tu n’oses pas ​poser certaines questions​ de peur de passer pour une cruche auprès de ton graphiste ?

Je vais te répondre ceci : il n’y a pas de question bête. ​Pose toutes tes questions ​! Ose !

Ce n’est pas ton métier et tu ne maitrises pas la méthode de travail du graphiste. J’apprécie quand tu oses poser toutes tes questions, cela prouve que tu es honnête avec moi et que tu es impliqué dans le projet. C’est normal d’avoir des doutes et des questionnements sur un sujet qu’on ne maîtrise pas.

Je prends le temps qu’il faut pour répondre à toutes tes questions, et c’est d’ailleurs à cela que sert un retour à un graphiste. Mon objectif est de te rassurer et d’être la plus transparente avec toi pour que tout soit limpide de ton côté.

Clair comme l’eau de roche, et voilà que toutes les interrogations s’envolent en fumée ! 

4. Tu ne sais pas comment t'y prendre

Aïe. Voilà que tu doutes sur le « comment ». Sur la méthode la plus efficace pour faire ton retour à ton graphiste.

Faut-il faire une remarque, attendre la modification pour observer le résultat ? Puis proposer du bout des lèvres (par gêne) une autre remarque ?

Ou bien, est-ce qu’il faut faire tous les retours en une seule fois ?

Voici la méthode idéale pour me faire tes retours : ​liste​ ​toutes les remarques, ​groupe-les lors d’un appel ou d’un mail.

Cela facilite le travail du graphiste de posséder sur un même document tous les retours et remarques. C’est le moyen idéal pour que tous tes commentaires soient pris en compte.

Imagine.

Tu envoies un premier mail pour indiquer que la taille ne te plaît pas sur un texte. Puis un second le lendemain pour dire « aussi, il y avait un souci sur le logo, l’orientation me plaît peu »… Et 48h après une autre remarque sur une couleur trop vive.

Comment te sens-tu si tu te mets à la place du graphiste ?

Troublé. Perturbé. Dans le doute. Et peut-être même agacé si tu avais déjà modelé une seconde version entre temps. Encore une fois, n’hésites pas à faire tes retours avec franchise, mais groupe les ​informations​. C’est ce qui permet de gagner en efficacité et donc en satisfaction finale !

De quoi continuer une collaboration efficace sur toute la ligne !

5. Mail ou téléphone pour le retour ?

Par téléphone, par message, par mail ? Par pigeon voyageur peut-être ? 

Tout dépend où tu es le plus à l’aise et la nature de la prestation.

Personnellement, quand c’est pour un logo, je préfère que l’on s’appelle ou que l’on se voit. Je trouve cela plus simple et agréable de parler directement des éléments à changer.

Lorsqu’il s’agit d’une plaquette où il y a plusieurs pages ou d’un catalogue, je préfère avoir un mail.

J’aime bien avoir la liste de toutes les modifications à opérer sous les yeux. Je les traite une par une pour n’en oublier aucune. Par contre, penses bien à me faire des remarques les plus précises en m’indiquant les numéros de page concernées.

Pourquoi ? Parce que je ne connais pas par coeur tous les textes., et que cela me permet de gagner en efficacité et rapidité sur ton projet graphique. Dans l’idéal, commences par la page 1, puis la 2 et ainsi de suite.

L’avantage est double !

  1.   tu es sure de ne rien oublier en traitant page par page.
  2. côté graphiste, c’est un gain de temps.

 

Pour aller plus loin, tu veux savoir ce qui est à bannir dans ton retour graphiste ? 

À bannir pour un retour à un graphiste efficace

C’est parti, voici mes recommandations !

Tout d’abord, évites d’imprimer la plaquette ou le catalogue, d’inscrire toutes tes remarques tout autour au stylos avec des flèches, des mots écrits un peu de partout, dans tous les sens. Puis de me scanner les pages, et sans mettre les pages dans le bon ordre.

À la place, je te recommande de me faire une​ synthèse claire​, de préférence par ​mail​. Tu peux imprimer une page, entourer un élément et me faire une annotation bien sûr. Mais déchiffrer certaines écritures est assez complexe… Je te recommande donc éventuellement de scanner un document que tu m’envoies par mail, et d’ajouter dans le corps du mail tes remarques saisies sur un clavier.

Magique, non ?


Tu l’auras compris, pour un ​retour à un graphiste​ parfait je te recommande donc de :

  • être franc, honnête

  • ne pas reformuler tes remarques, parle avec tes mots, le graphiste traduit

  • poser toutes les questions qui te laissent en suspend

  • faire un retour unique avec toutes tes remarques (​synthétiser​, c’est la clé)

  • demander à ton graphiste le format qui lui convient le plus pour le retour : téléphone ou mail, de préférence.

Je compte sur toi pour appliquer ces ​recommandations​ au moment de ​faire ton retour à ton graphiste​. Promis, un graphiste ne mord pas et est présent pour te proposer un résultat à la hauteur de tes attentes.

Quel conseil rajouterais-tu ? Tu t’es déjà retrouvé dans une des situations ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

2 réponses

  1. On peut rajouter que les annotations sur pdf c’est top pour les retours pq on peut surligner les passages et ecrire des commentaires lisibles et comprehensifs !

    1. En effet, les pdf annotés c’est parfait ! Là c’est le luxe suprême, la perfection et un gain de temps. Mais par contre les pdf pas imprimés et annotés manuellement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *